Combien de temps dure un Power Nap ?

Combien de temps dure un Power Nap ?

TempurLa vie moderne est trépidante. Avec le travail, la famille, les repas, le sport et les contacts sociaux, il est difficile de tout concilier. Il en résulte hélas trop souvent que nous nous privons de sommeil.

Si vous avez du mal à dormir toute la nuit et à intégrer cela dans votre vie quotidienne, vous devriez essayer de vous accorder un Power Nap pendant la journée afin de pouvoir retrouver à la fois concentration et attention.

Vous seriez d’ailleurs en bonne compagnie. Winston Churchill et John F. Kennedy sont des exemples célèbres de personnes dont la routine quotidienne était notoirement trépidante. Il est bien connu qu’ils comptaient sur les Power Naps pour reconstituer leurs réserves d’énergie et améliorer leur concentration.

Quel est le moment optimal pour un Power Nap et quels sont les avantages des différentes durées d’un Power Nap ? Nous allons examiner cela de plus près.

10 minutes

Vous pensez ne pas avoir le temps de vous accorder un Power Nap pendant la journée ? Réfléchissez bien. Les Power Naps de dix minutes seulement peuvent aider à rétablir l’attention en améliorant la performance cérébrale et votre faculté d’assimilation pendant l’apprentissage. Une étude récente d’une université américaine a révélé qu’une sieste de 10 minutes « a entrainé des améliorations immédiates de tous les paramètres de résultat (y compris la latence du sommeil, la somnolence subjective, la fatigue, la force et la performance cognitive), certains de ces avantages ayant persistés jusqu’à 155 minutes ».

20 minutes

Une sieste d’environ 20 minutes est limitée aux phases plus légères du sommeil NREM (Non-Rapid Eye Movement), ce qui facilite le réveil et la poursuite de vos activités quotidiennes sans fatigue. Vous serez en mesure de profiter d’une attention et d’une concentration accrue, d’une humeur améliorée et d’aptitudes motrices accrues sans de temps mort entre le sommeil et le réveil, mais les effets ne dureront pas aussi longtemps qu’à la suite d’une longue sieste.

30 à 60 minutes

Les siestes de 30 minutes ou plus semblent être associées à une période de baisse de l’attention après le réveil. C’est ce qu’on appelle « l’inertie du sommeil » mieux définie comme sentiment de déprime au réveil. Cela peut durer jusqu’à une demi-heure, après quoi le bénéfice réparateur de la sieste intervient et durant plus longtemps que lors de courtes siestes, ce qui s’avère être toutefois inapproprié si vous devez passer immédiatement à des activités exigeant une concentration intense (par exemple conduire un véhicule).

60 à 90 minutes

Les siestes d’une heure à une heure et demie comprennent à la fois des phases de sommeil léger et profond, également appelées phases de rêve, au cours desquelles les mouvements oculaires REM se produisent. Au réveil, vous bénéficiez d’une mémoire émotionnelle et procédurale améliorée (p.ex. en conduisant) et de créativité, il faut cependant s’attendre à une sensation de déprime durant un certain temps avant de ressentir les avantages. Si votre sieste est suffisamment longue pour couvrir un cycle de sommeil complet (au moins 90 minutes), l’inertie du sommeil sera réduite.