Cycle de sommeil : comment savoir quand se réveiller ?

On entend souvent parler de cycles de sommeil et de leur incidence sur notre fatigue. Mais quels sont-ils exactement ? Combien de temps doit durer notre nuit pour s’avérer réparatrice ? Surtout, comment savoir quand se réveiller par rapport à nos besoins ?

Qu’est-ce qu’un cycle de sommeil ?

Le sommeil n’est pas une expérience linéaire. La nuit est divisée en plusieurs phases, que l’on appelle cycles de sommeil. On compte à minima 4 cycles de sommeil pour une nuit standard.

  1. La première phrase s’apparente plutôt à un état de somnolence : il s’agit de l’étape de transition entre l’état éveillé et endormi.
  2. Le deuxième stade est le sommeil confirmé : on est endormi, mais de façon légère, si bien qu’on peut facilement être réveillé.
  3. La troisième phase est le sommeil profond, c’est-à-dire le moment où l’activité cérébrale est réduite au minimum. C’est l’étape la plus importante pour la récupération physique.
  4. Enfin, la dernière phase : il s’agit du moment de la nuit où le cerveau est le plus actif, il est proche du réveil. En revanche, physiquement, le dormeur est totalement inactif, les muscles sont en état de paralysie. C’est pourquoi cette étape est souvent appelée « sommeil paradoxal ». C’est également la phase où nous rêvons le plus.

Un cycle dure en moyenne 90 minutes, mais cela varie en fonction des personnes, de l’âge…

Quand faut-il se réveiller pour respecter son cycle de sommeil ?

Il faut faire attention à se réveiller à la fin d’un cycle de sommeil.

  • Chez l’adulte, on calcule un besoin de 5 cycles de sommeil environ. Cela équivaut à 7h30 de sommeil environ. Par exemple, si vous vous levez à 7 heures du matin, il est recommandé de s’endormir vers 23h30.
  • A l’opposé, pour un enfant de maternelle, on préconise 7 cycles de sommeil : c’est-à-dire une nuit de 10h30 !

Pourquoi est-il préférable de se réveiller à la fin d’un cycle ? Car c’est l’assurance de se lever en pleine forme, en respectant son rythme naturel. Il faut éviter au maximum de « briser » son sommeil. Il vaut mieux essayer de s’extirper du sommeil le plus en douceur possible. Par exemple, si votre réveil s’active pendant votre phase de sommeil profond, il vous sera très compliqué de quitter votre matelas Tempur. Surtout, vous priveriez votre organisme du moment le plus réparateur de la nuit.