Du simple trouble du sommeil aux maladies du sommeil

Les différents troubles et maladies du sommeil

Nous passons environ 1/3 de notre vie à dormir, mais qu’il s’agisse de problèmes pour s’endormir ou de sommeil ponctué de réveils multiples, 1 français sur 3 dit rencontrer des difficultés. Ces troubles du sommeil vont de légers problèmes pour s’endormir, aux manifestations nettement plus handicapantes voire dangereuses comme la narcolepsie ou l’apnée du sommeil. Ils peuvent être classifiés en trois grands groupes en fonction de leurs causes.

Trois principaux groupes de troubles du sommeil

Les dyssomnies 

Ces troubles du sommeil altèrent la durée et la qualité du sommeil. Il existe trois sortes de dyssomnies :

La carence de sommeil (insomnie) comprend :

  • Les insomnies de nature psychologique, lorsqu’on ne peut pas s’empêcher de penser, de ruminer les problèmes, que l’on est trop nerveux, déprimé… ;
  • Les insomnies d’altitude, fréquentes lors de séjours à la montagne ;
  • Les insomnies liées à la consommation d’alcool, médicaments ou drogue.

L’excès de sommeil (hypersomnie) comprend :

  • La narcolepsie, une maladie du sommeil qui créé des situations de somnolence ou d’endormissement régulières ;
  • Les hypersomnies récurrentes, comme le syndrome de Kleine-Levin (KLS), une affection neurologique rare.

Trouble du rythme circadien 

Ce sont des perturbations des périodes veille-sommeil qui ressemblent à un décalage horaire permanent ou temporaire. Ces troubles du sommeil peuvent être dus à un réel décalage horaire, à des heures de travail décalées, mais également à de mauvaises habitudes ou de difficultés physiques (maladies, affections diverses) empêchant le sommeil régulier.

Les parasomnies

Ce sont des comportements inhabituels qui troublent le sommeil :

  • le bruxisme nocturne (ou grincement des dents) ;
  • Le somnambulisme (se déplacer tout en dormant) ;
  • Les cauchemars ;
  • Les terreurs nocturnes ;
  • Les paralysies du sommeil ;
  • Les éveils confusionnels (touchant en majorité les enfants) ;
  • Les syndromes des jambes sans repos (mouvements involontaires des jambes) ;
  • Les apnées du sommeil (arrêt de la respiration pendant la nuit).

Les autres troubles du sommeil

Les autres troubles du sommeil peuvent être neurologiques, psychiatriques ou dus à d’autres pathologies.

Les conséquences des troubles et maladies du sommeil

Le sommeil sert à se reposer, nous en sommes tous conscients. Mais en quoi ce repos est-il utile ? Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement dormir peu (ou pas) et rester quand même en forme ?
Le sommeil agit positivement sur de nombreux éléments indispensables à notre santé : la mémoire, la production d’hormones, l’équilibre émotionnel, le métabolisme.
C’est pourquoi le manque de sommeil crée une dette de sommeil qui n’est pas sans conséquences. Les maladies du sommeil engendrent somnolence, fatigue, trouble de l’humeur, baisse de la vigilance et de l’attention. Ces effets se répercutent sur la scolarité des enfants et des adolescents . Les adultes sont également impactés professionnellement avec un risque accru d’accidents du travail, une baisse de la productivité et des comportements managériaux inadaptés.

Les troubles du sommeil affectent donc notre bien être psychique mais également physique. Notre santé est directement impactée. En effet, diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires et obésité peuvent être des conséquences des troubles du sommeil. Le manque de sommeil peut aussi exacerber certains troubles déjà existants comme les problèmes digestifs.

Comment soigner et prévenir les troubles du sommeil ?

Hygiène de vie

Le premier pas est de trouver les causes des troubles du sommeil. Assez souvent l’origine des problèmes d’insomnie se trouve dans notre façon de vivre. La lumière bleue, les écrans, les horaires de coucher en décalé, les excitants (alcool, thé, café, cigarette…) sont nocifs sur le long terme et peuvent générer des problèmes de sommeil.
En cas de traitement contre les troubles du sommeil, il faut parfois aussi repenser sa consommation de somnifères. En effet, en cas d’accoutumance et d’usage trop important d’hypnotiques, il arrive que le sommeil soit de plus en plus difficile à trouver.
Essayer de conserver un rythme régulier permet aussi de respecter son horloge biologique et de trouver le moment le plus propice pour fermer les yeux.

Stimuli

Les stimulations visuelles trop tardives (télé, sport, jeux, discutions animées…) maintiennent le cerveau dans un état d’excitation trop fort pour permettre l’endormissement immédiat. Pour bien dormir, il faut être détendu.

Ecrans et luminosité

La lumière bleue émise par de nombreux écrans empêche la sécrétion de mélatonine aussi appelée hormone du sommeil. Sans la mélatonine, l’endormissement naturel est repoussé. Les écrans engendrent des troubles du sommeil en impactant l’endormissement. Pour y remédier, bannissez les écrans de la chambre et éteignez les au moins 30 minutes avant de se coucher.

Contexte d’endormissement

Pour prévenir les troubles du sommeil, soignez votre environnement de sommeil en adaptant votre literie : Un matelas de qualité est un véritable atout pour des nuits reposantes. La luminosité et la température de votre chambre peuvent également influer sur le sommeil. Il est conseillé de dormir dans une chambre fraîche, aérée, silencieuse et dans l’obscurité partielle ou complète, sans lumières artificielles. On conseille également d’éviter d’avoir une chambre aux couleurs trop vives, comme le rouge, afin de s’endormir plus sereinement. Le sommeil peut également être troublé par les ronflements de votre conjoint, les bruits extérieurs…Pourquoi ne pas recourir aux bouchons d’oreilles pour éviter ces nuisances sonores et retrouver un sommeil paisible.

En cas d’insomnie ou de troubles du sommeil, vous pouvez vous tourner vers différentes solutions.

  • Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) ;
  • La relaxation, méditation, musique relaxante ;
  • Les plantes (huiles essentielles et tisanes) ;
  • Les compléments alimentaires (mélatonine…) ;
  • Ou même les applications calculant votre temps de sommeil idéal, en fonction de votre cycle de sommeil.

 

En conclusion, le sommeil dépend à la fois de votre hygiène de vie, de votre santé et de l’environnement extérieur. Pour régler vos troubles du sommeil dès le départ, prenez un à un les points qui peuvent être des facteurs bloquants. Si votre sommeil ne s’améliore pas après avoir mis en place une stratégie pour mieux dormir, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé.